Facebook et le mépris du corps de la femme (Paternalisme et retour vers l’obscurantisme) http://wp.me/p7deBU-7i

Écoutez au lieu de lire



Voir également : Emily Ratajkowski pose nue et revendique son côté sexy. Autre exemple de sexisme qu’il faut dénoncer. Cliquez ici.

Mon article traitant de l’ensemble qui critique qu’ils aient (Facebook) dû essuyer dans le passé, ici. Cliquez.

Si vous ne vous tenez pas debout face à ce phénomène de retour à la noirceur des esprits religieux qui méprise la femme en la déclarant responsable de la chute de l’homme, tous vos droits vous seront retirés.


Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Nous la supprimerons si nous estimons qu’elle est contraire à ce standard… ce qu’ils ont exigé par la suite. Certaines de ces photos avaient pourtant été acceptées comme n’enfreignant pas ces mêmes règles dans les heures précédentes, ce qui prouve que l’approbation ou le rejet d’une photo de femme nue relèvent entièrement de l’opinion personnelle du modérateur choisit.  Dans le cas présent, il est évident que suite à une deuxième plainte, probablement de la même source Facebook, aura éveillé un modérateur plus poigné sexuellement que le précédent.

Voyez aussi : Une autre frasque sexiste et paternaliste de Facebook

simone - copie

Photo de Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre symbole d’amour libre «véritable» que Facebook réprime par des principes d’évaluation moraux qui s’apparentes à ceux appliqués dans les événements malheureux, qui ont eues cour, à Salem.

Écoutez aussi : Critiques de Facebook sur la liberté d’expression 

Le procès des sorcières de Salem est un épisode fameux, de l’histoire coloniale des États-Unis, qui entraîna la condamnation et l’exécution, de personnes accusées de sorcellerie en 1692 dans le Massachusetts. Généralement analysé comme découlant d’une période de luttes intestines et de «paranoïa puritaine», ce procès se solde par l’exécution de vingt-cinq personnes et l’emprisonnement d’un bien plus grand nombre.

Facebook par les attitudes décrites dans le présent article, fait preuve d’un «puritanisme» semblable en tous points ici «et maintenant» en 2016. Certes n’accusent pas de sorcellerie, mais de non respect de ses règles et conditions, de la même façon. Facebook accuse à partir de plaintes «anonymes» aux sus des accusés. Il juge, condamne, puni de rejet ou blocage, ce qui virtuellement est une exécution de l’existence virtuelle de certains de ses membres, avantageant ainsi les accusateurs, contre les accusés.

Bien plus que 25, ont déjà été exécutés en rejets, en exigences injustifiées, en non-recours, par des juges Web masqués, qu’on appelle des modérateurs, à qui l’on ne demande jamais rendu de compte.

J’ai reçu ce message où l’on exigeait que je supprime quelques photos de femmes nues, incluant celle de Simone de Beauvoir, la renommée défenderesse en terme de féminisme. D’une part, certaines de ces photos n’enfreignaient en rien les règles «écrites» de Facebook d’autre part, l’on a identifié à des actes sexuels la présence de deux femmes bien vêtues certainement en les considérant lesbiennes, du simple fait que l’une était réfugiée au creux de l’épaule de l’autre. Une autre photo caricaturale celle-là, d’une femme assise au cabinet, avec une bouteille à la main que l’on a certainement cru être une bouteille d’alcool.

D’autres dont on ne voyait ni les mamelons, ni les fesses, comme le stipulent les critères de rejet de Facebook. Une femme penchée sur son compagnon, bien vêtue, en sous-vêtements, que l’on a à l’évidence considéré être une position d’activité sexuelle. Une autre photo de femme dont on ne voit que le profil et les seins vêtus. Une autre encore celle-là toute nue, mais sans que l’on voie ses fesses ou ses mamelons. Toutes ces photos, à mon sens, sont des oeuvres d’art.

Au final, seulement 5 de 20 photos que l’on m’a forcé à supprimer, enfreignaient la règle des fesses et des mamelons. Donc, 75% de ces rejets, n’enfreignaient aucune des règles sur la nudité, telle que les exigences écrites de Facebook.

Je prétends que cette action de Facebook viole les droits fondamentaux de tout le monde, à commencer par le mien à la libre expression, mais ça n’est pas le plus grave de l’affaire, car l’on a pris soin de placer avec ces photos, dans le message bloqueur exigeant que je les supprime «toutes», celle de la femme qui a le plus dénoncé le mépris des hommes pour le corps de la femme… l’auteure la plus lue sur le sujet du féminisme et du respect de la femme… Simone de Beauvoir elle-même.

De plus, ayant «rejetée» celles ou deux personnes sont présentes, donc deux femmes, je considère que cette action de Facebook, relève de la discrimination, en fonction de l’orientation sexuelle… autant que du mépris des femmes. Donc discrimination en fonction du sexe, mépris même de la sensualité qui est principalement féminine comme on le sait.

Il y aurait beaucoup plus à dire sur les détails que j’ai relevés et je le ferai dans un avenir rapproché, mais pour l’instant c’est l’ingérence morale du Web que je veux dénoncer.

Tout se passe comme si le phénomène Web, ayant donné lieu à certains excès, comme partout ailleurs sur la planète et depuis toujours, l’on aurait décidé d’imposer une morale à tout le monde ce qui se comprend très bien. Il est normal en toute activité de groupe de formuler des règles sauf que, cette morale est devenue une religion non dévoilée… comme telle, et qui prétend enseigner aux êtres humains de la planète tout entière, comment se comporter en expression. Et croyez-moi, on ne parle plus de libre expression, concept incompris ou étranger à Facebook comme à d’autres intervenants Web. Donc atteinte, à cette liberté d’expression accordé dans toutes nos chartes de droits fondamentaux, autre violation des Droits de l’homme.

Si je considère ce phénomène comme étant un phénomène religieux, une religion émergente, non déclarée, c’est que ce type de comportement moralisateur et patriarcal comme paternaliste, ne se retrouve pas uniquement lorsqu’il est question de nudité, mais bien dans toutes les communications avec des fournisseurs Web, de qui l’on a exigé une certaine formation éthique, et qui semble n’y avoir rien compris, puisque les modérations relèvent toutes à l’évidence, d’opinions personnelles, fondées sur la conceptualisation religieuse, ou philosophique des modérateurs, sans considération pour nos lois, nos systèmes de justice, ou même les progrès de civilisation, comme la démocratie.

Je vous donne ici un exemple qui ne relève en rien, de la nudité, mais bien d’une attitude Web à protéger Facebook, Google, Tweeter, Pinterest, etc.

Rien à lire, bande audio intégrée au texte. Déclaration universelle des droits de la femme et de l’homme.

Les intervenants Web se protègent les uns les autres.

Voyez-vous, c’est comme pour toutes les professions, l’on protège les intérêts des colègues. J’ai publié une demande d’aide à l’effet de cette affaire Facebook, sur un forum approprié, cherchant à découvrir le meilleur endroit où enregistrer ma plainte sans succès. Je vous laisse juger de la suite en vous présentant 1.) la demande d’aide que j’avais postée, 2.) les motifs de rejet invoqué par l’équipe de modération, 3.) ma réponse et 4.) quelques conclusions temporaires.

Mon message, sur comment ça Marche point net:

On m’a forcé à supprimer des photos de femmes dont la plupart n’enfreignaient en rien les règles écrites, allant même jusqu’à me faire effacer des photos de Simone de Beauvoir toute vêtue et d’autres qui sont de pures oeuvres d’art. Mentalité de bigot et de gens qui ont besoin d’une profonde psychanalyse. Je suis en train de monter un site sur le sujet, mais j’aimerais leur donner une chance de bien articuler leur position éthique, car dans cette affaire on parle bien de police morale, ce qui est très dangereux.

(Phrase préférée que ce site demande à ses membres d’inclure à la fine de chacun de leurs posts)…

La vérité sur vous-même vous affranchira. – Serge-Carmel Bourget (Tiré de Lékeuran livre numérique 2016)

Courriel de CCM modérateur

Bonjour,

Votre message intitulé « Où contester » datant du 12 février. 2016 à, 09:49 vient d’être supprimé par un modérateur (baladur13)

voici le commentaire laissé par le modérateur à votre attention :


Bonjour

Les intervenants du forum n’étant pas des robots, mais des êtres humains agissant bénévolement, quelques mots de politesse sont toujours les bienvenus.

Une phrase commençant par « bonjour » et se finissant pas « merci d’avance » a plus de chance d’avoir rapidement une réponse de qualité.

* Merci de reformuler votre message en respectant la charte.

Merci de l’intérêt que vous portez à CommentCaMarche.net,

L’équipe des modérateurs


Comment Ça Marche.net, l’encyclopédie pratique de l’informatique

Ma réponse.

Non, mais vous êtes en train de m’enseigner la politesse et le savoir-vivre en prétendant parler de respect. Quand même, madame ou monsieur j’ai 70 ans, j’ai été en affaires avec des multinationales comme clients durant plus d’un quart de siècle. Le fait de ne pas toujours dire bonjour n’est pas un manque de respect. Ça n’est qu’une question d’étiquette et je trouve que vous exagéré de modérer de tels aspects. Vous devriez vous-mêmes apprendre à vivre et ne pas essayer d’imposer vos vues personnelles. Lisez un peu la littérature sur le concept du respect et vous constaterez que cette intervention n’était en rien appropriée. Je crois de fait que vous aviez une raison autre, pour supprimer mon message. Si c’est le cas, votre attitude s’appelle de l’hypocrisie rhétorique et relève d’un niveau d’âge mental d’environ dix ans, ce qui n’est pas un drame, mais un manque… d’habileté à communiquer, ce dont dalleur vous essayer de m’enseigner en me disant que de telle manière, tel succès me serait acquis.

Franchement madame ou monsieur, réveillez-vous au monde de la réalité. Ce travail de modération des échanges sur le Web relève d’un certain concept religieux sans en porter le nom, mais sera tout aussi néfaste à l’homme que la police morale des guides spirituels de toutes sortes. Et, vous savez, la correctitude, la politesse, le savoir-vivre, c’est d’abord la franchise, car l’hypocrisie rhétorique, comme on peut le constater chez les politiciens entre autres, ne donne pas vraiment de bons résultats.

Vous deviendriez par contre excellents si vous vous donniez la peine de vraiment communiquer et au lieu de rejeter à partir d’opinions personnelles, aller au fond des choses. Par cette stratégie, d’un échange à l’autre, vous approfondiriez les réels concepts de respect, savoir-vivre, bonne conduite, politesse, habilité à présenter un message dans un forum. Pensez-y. Je ne vous en veux pas, c’est humain comme comportement et certes, vous avez le libre choix d’être comme vous choisissez d’être. Je voulais juste vous montrer que le réel respect c’est d’être franc avec les gens.

Bien à vous,

Me Serge-Carmel Bourget C.P.


L’être humain, bien que se distinguant par sa capacité de verbaliser, souffre de dégénérescence rhétorique, du fait de son hypocrisie à toujours vouloir taire… le vrai fond de sa pensée; qu’il sait ne pouvoir soutenir ni la critique ni l’état de nos lois et principes de société démocratique.

Cette tare humaine, à l’âge des communications, risque fort de nous emprisonner par l’application aveugle de principes moraux «arriérés» par des moralisateurs se nommant modérateurs, lesquels principes moraux «arriérés» nous ont pris des siècles à combattre. Nous assisterons donc, si nous n’agissons pas immédiatement, à une régression vers l’obscurantisme absolu.

Simone de de Beauvoir nous l’avait prédit. Rappelez-vous :

« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. »

Je prétends que toutes ces crises sont présentes, et que le statut de la femme et par conséquent celui des droits fondamentaux, sont en grave danger de disparition actuellement et surtout par de tels comportements Web, sur lesquels l’on ne nous donne pas assez de pouvoir de contester prétextant l’impossibilité technologique du traitement des contestations, quand en réalité ce sont les frais judiciaires que l’on veut éviter, sachant très bien que l’on est incapable d’agir en ce champ de moralité, sans violer nos principes fondamentaux.

 – Serge-Carmel Bourget


Les photos rejetées par Facebook

 

Pour toutes ces photos, Facebook a commençé par m’envoyer un message pour m’informer qu’une personne les avaient signalées comme offensentes, me disant qu’ils avaient décidé de ne pas les rejeter, donc qu’elles n’étaient pas offensentes ni n’enfreignaint leurs régles écrites. Évaluées par un autre modérateur, ils ont ensuite exigé que je les supriment, sous peine de bloquer ou fermer mon compte. Sauf pour la photo de Simone de Beauvoir, qu’ils ont spécifiquement sélectionnée hors de l’album photo contesté.

Ce message allait comme suit :

Aujourd’hui.

Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée.

Puis quelques heures plus tard, à partir d’une opinion personnelle différente : Vous devez supprimer toutes ces photos. Pas une seule option de contestation ne m’était offerte.

Considérez que toute cette histoire, a commencée à partir de ce témoignage de «mépris», d’une… très certainement, gentille dame ne sachant s’exprimer, à laquelle j’avais pourtant donné l’occasion d’une discussion civilisée et qui a préférée, insultée de ma réponse, porter plainte contre moi, m’accuser de perversité. Ça ressemble énormément à une chasse aux sorcières.

Il importe aussi de noter, que ce mépris m’est témoigné, par une femme. Elle chosi les mots qui disent bien son état d’âme, soit le mépris des vieux et surtout de ceux qui aiment la femme, considérant que tous ne sont que de vieux vicieux, ce qui relève de la haine des hommes.

Ici, la citation de  Madame de Beauvoir:

«On ne nait pas femme, on le devient»

Capture d’écran 7

Non, mais, pouvais-je faire plus comme respect sur Facebook, que d’offrir à cette dame, de dialoguer? Chez Facebook, on a vite pris parti, ce qui est tout le contraire de l’équité et un favoritisme évident pour les bigots de toute sorte.

Rien ne servirait de se cacher la réalité du fait statistique qui nous dit que 84% des êtres humains adhèrent à une religion quelconque. Or donc, il y a fort à parier que 84% des modérateurs de Facebook prennent leurs décisions à partir d’une mentalité religieuse. Partant de là et sachant que la femme, son corps, sa nudité, la sexualité est dans la très grande majorité des esprits de «religiosité», condamnée. Il est facile de conclure qu’une telle plainte est traitée comme la dénonciation d’un «péché», à un rabbin, un prêtre ou pasteur, un imam, un gourou ou un guide spirituel quelconque ou encore pire: un disciple qui leurs obéis aveuglément. Pour ces gens, sans le dire ouvertement, la femme est un péché sur pieds, une tentation au vice, la responsable de tous les crimes de l’humanité.

Capture d’écran 5

Capture d’écran 6

simone

Photo de Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre

Ses unions libres, et sa bisexualité, sont ouvertement condamnées par Facebook, en choisissant d’inclure sa photo avec celles que l’on me demande d’effacer. Je vous explique ici pourquoi.

Voyez-vous, les autres photos font partie d’un «album», de photos que j’ai publié et lequel album, avait été contesté par la gentille dame. Alors que celle de Simone de Beauvoir, et de Jean-Paul Sartre, était en couverture d’un article concernant le féminisme, autant que l’oeuvre de madame de Beauvoir.

Il a donc fallu qu’une personne choisisse délibérément de l’inclure à l’ensemble des suppressions exigées.

Il a donc fallu qu’une personne choisisse délibérément de l’inclure à l’ensemble des suppressions exigées.

Il a donc fallu qu’une personne choisisse délibérément de l’inclure à l’ensemble des suppressions exigées.

Si vous vous laissez faire Mesdames, si vous n’intervenez pas messieurs, vous perdrez votre liberté d’expression, d’être, de parler, de propager vos idées, et de penser éventuellement. Si l’on ajoutait aux exigences de cette nouvelle société, la prise de certains médicaments devant vous aider à mieux vivre.

N’allez pas croire que j’exagère. Renseignez-vous sur les visées de l’industrie pharmaceutique. Des milliards de revenus chaque année, ça fait fondre bien des éthiques commerciales… dont Facebook pourrait bien profiter en investissant là où l’on sait que ça va rapporter?

Celle-ci, n’oubliez jamais… N’a pas fait l’objet d’un avis d’évaluation. Elle a été rejetée sans avis, sans estimation en vertu des règles mêmes de Facebook, parce que c’est la photo de la plus grande des féministes de notre temps, et pour bien me signifier ce mépris du féminisme, des femmes comme de Madame de Beauvoir, que je défends.

passionate loving couple making love in bed- shoot with lensbaby

Une femme faisant l’amour et non la copulation. C’est interdit de montrer où parler de l’amour si l’on est au lit, un samedi matin ou avant d’aller au restaurant.

Aujourd’hui

Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée. Puis quelques heures plus tard, à partir d’une opinion personnelle différente : Nous la supprimerons si nous estimons qu’elle est contraire à ce standard.


dependence4

Un profil de femme en sous-vêtements, quelle horreur pour Facebook. Ça va offenser les hommes et les femmes qui n’aiment pas les soutiens-gorges. IL faut interdire les adultes d’afficher de telles offenses sur nos pages…

Aujourd’hui

Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée. Puis quelques heures plus tard, à partir d’une opinion personnelle différente : Nous la supprimerons si nous estimons qu’elle est contraire à ce standard.


Healthy tanned woman with perfect body over white.

Une jolie dame en santé sur fond blanc. De l’art, point final.
Aujourd’hui

Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée. Puis quelques heures plus tard, à partir d’une opinion personnelle différente : Nous la supprimerons si nous estimons qu’elle est contraire à ce standard.


Scharfes outfit

Une dame se désaltérant avant d’enfiler sa robe de bal. Non, mais chez Facebook l’on doit penser à tous nos membres qui ne consomment jamais de telle ou telle boisson par fondement religieux. Ça pourrait les blesser dans l’âme, et même les conduirent aux enfers. On pourrait nous attaquer en justice…

Aujourd’hui

Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée. Puis quelques heures plus tard, à partir d’une opinion personnelle différente : Nous la supprimerons si nous estimons qu’elle est contraire à ce standard.


beautiful girl in underwear and jeans jacket

Une femme joliment vêtue avant une sortie. Non, mais elle n’a pas de robe… Quelle insulte pour les yeux. Un corps de femmes en petite tenue, c’est péché pour Facebook.

Aujourd’hui

Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée. Puis quelques heures plus tard, à partir d’une opinion personnelle différente : Nous la supprimerons si nous estimons qu’elle est contraire à ce standard.


beautiful young sexy woman sitting on the floor

Une beauté en train de méditer. Non, mais elle devrait cacher ses atouts féminins. On les devine ses mamelons et ses fesses aussi. Nous rejetons cette horreur pour les fragilités religieuses ou morales de nos membres les plus poignés sexuellement, car nous pourrions bien être condamnés en justice à payer la psychanalyse requise. Si ceux qui n’ont pas évolué depuis des siècles se mettaient, à chialer… Non, pas de ça chez Facebook.

Aujourd’hui

Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée. Puis quelques heures plus tard, à partir d’une opinion personnelle différente : Nous la supprimerons si nous estimons qu’elle est contraire à ce standard. 


nude

Le maillot de bain a glissé. Wow! Quelle offense pour les bigots. Ça n’arrive jamais ce genre d’incident dans la vie. On ne peut certainement pas les montrer. Des fesses, voyons donc. Certaines personnes n’en ont peut-être pas vu encore. Les fesses chez Facebook, surtout les fesses de femmes, le corps féminin… C’est épouvantable de publier une telle photo sur Facebook. Ça n’est pas acceptable entre les êtres humains, d’évoquer un tel sujet.

Aujourd’hui
Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée.
Aujourd’hui
Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée. Puis quelques heures plus tard, à partir d’une opinion personnelle différente : Nous la supprimerons si nous estimons qu’elle est contraire à ce standard.

In Bed Looking Sagely

Des courbes de fesses. Celles d’un corps de femmes. En plus, elle est dans un lit et tient un ruban rouge couleur des flammes de l’enfer. Tentation… Non, pas de ça sur les pages Facebook.

Aujourd’hui

Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée. Puis quelques heures plus tard, à partir d’une opinion personnelle différente : Nous la supprimerons si nous estimons qu’elle est contraire à ce standard.


Girl Luxury Feet

Elle dit de garder le silence avec son doigt, dans un lit, corps de femme presque nue, lingerie féminine, séduction. Nous n’approuvons pas la séduction féminine chez Facebook. C’est notre non-religion avouée de moralisateurs arriérés. Dans le fond, c’est la religion personnelle des modérateurs, non? Moi cette photo invite une préoccupation qui relève de l’herméneutique à cause des chaussures. Mais chez Facebook, la seule chose à laquelle peuvent penser leurs membres, c’est à la sexualité, ne considérant la femme que comme objet sexuel et non comme un être humain ayant un corps différent de celui de l’homme. C’est certes le cas dans certaines cultures dont les hommes n’ont pas évolué et considèrent la femme comme telle, surtout si elle ne suit pas le même livre de recettes morales que le leur. Ledit livre, leurs permettant même d’en faire des esclaves. Mais Facebook ne peut émettre d’opinion morale sur de tels sujets. Il peut quand même en émettre en exigences de suppression chez ses autres membres, pour qui la femme ne peut en aucune circonstance être mise en esclavage sexuel. Alors, nous prenons effectivement position chez Facebook, mais en hypocrites que nous sommes. Non chez Facebook on ne favorise aucune opinion religieuse dans nos conditions, par écrit, sous la forme qui pourrait ne nous conduire en justice, mais on le fait chaque fois que ça nous le dit, à partir de règles morales personnelles. C’est nous Facebook, les rabbins, curés, pasteurs, imams, gourous et guides de la morale sociale désormais. Vive Facebook pour l’âge de pierre à revenir.

Aujourd’hui

Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée. Puis quelques heures plus tard, à partir d’une opinion personnelle différente : Nous la supprimerons si nous estimons qu’elle est contraire à ce standard.


Perfection and Elegance Looking Sexy

Des fesses encore! Exigeons la suppression. Nous sommes l’autorité morale de la société électronique chez Facebook. Une femme nue sur une plage s’est interdite dans certains pays. Nous ne pouvons prendre la chance d’être poursuivis jusqu’en cours suprêmes. Nous sommes internationaux, mais refusons d’imposer le respect à tout le monde. Juste aux plus civilisés, aux plus évolués. Les autres pourraient bien se choquer et détruire notre oeuvre, Facebook. Alors, on va exiger le respect de ceux qui n’ont rien compris à la liberté, par, et de la part de ceux qui en ont voté le sens démocratiquement. La démocratie ne peut exister chez Facebook. Nous sommes les seuls à savoir comment il faut se comporter sur les médias sociaux.

Aujourd’hui

Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée. Puis quelques heures plus tard, à partir d’une opinion personnelle différente : Nous la supprimerons si nous estimons qu’elle est contraire à ce standard.


Cute Body Gorgeous Female

Deux femmes nues ensemble… On doit les brûler, elles commettent l’abomination devant Dieu.

Aujourd’hui
Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée.
Aujourd’hui

Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée. Puis quelques heures plus tard, à partir d’une opinion personnelle différente : Nous la supprimerons si nous estimons qu’elle est contraire à ce standard.


Elegant Curves Naked Beautiful

Quelle élégance que de cacher ainsi ce qui offense quand même les moralisateurs de Facebook.

Aujourd’hui
Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée.
Aujourd’hui

Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée. Puis quelques heures plus tard, à partir d’une opinion personnelle différente : Nous la supprimerons si nous estimons qu’elle est contraire à ce standard.


Cute Body Perfection and Elegance

Non, chez Facebook, on n’admet pas ce genre de contact féminin, ça pourrait laisser penser à…

Aujourd’hui

Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée. Puis quelques heures plus tard, à partir d’une opinion personnelle différente : Nous la supprimerons si nous estimons qu’elle est contraire à ce standard.


Undressed Morning Pleasure

Celles-ci enfreint certes, la règle des mamelons, mais le rejet d’une photo montrant une femme nue déplaisant aux moralisateurs de Facebook en 2016, en Amérique, sur Facebook, ça nous force tous à nous réadapter aux conditions de moralité sociales d’il y a plus de 60 ans.

Aujourd’hui
Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée.
Aujourd’hui

Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée. Puis quelques heures plus tard, à partir d’une opinion personnelle différente : Nous la supprimerons si nous estimons qu’elle est contraire à ce standard.


Capture d’écran 4

Encore ici, la règle des mamelons de femmes qui ne doivent pas apparaître, mais en quoi les mamelons d’une femme sont-ils plus offensants que ceux d’un homme? Le corps de la femme, en principe, a été créé par Dieu pour ces bigots. Si donc, il avait considéré qu’il s’agissait d’organes sexuels, il ne les auraient pas conçus.  Chez l’homme les mamelons ne sont pas reliés à la sexualité, croient-ils. Pure discrimination sexuelle.

Aujourd’hui

Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Nous la supprimerons si nous estimons qu’elle est contraire à ce standard et elle a bien sûr été rejeté par pur mépris du corps féminin, en 2016, plus de soixante ans avant la parution du deuxième siècle de Mme de Beauvoir. On croirait rêver.


girl sits in a toilet with an alcohol bottle

Non, mais, se désaltérer de jus de citron en chiant, ça n’offense que les constipés modérateurs de Facebook.

Aujourd’hui

Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Nous la supprimerons si nous estimons qu’elle est contraire à ce standard.


Beautiful woman in white lingerie

Une telle beauté, ça provoque le côté animal de moralisateurs testéstéronisés de Facebook.

Aujourd’hui

Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Nous la supprimerons si nous estimons qu’elle est contraire à ce standard.


fashion portrait of a two beautiful sensual women, studio shot

Le comble du mépris que de rejeter cette belle photo de femmes qui s’aiment, mais chez Facebook on a une religion cachée qui l’interdit.

Aujourd’hui

Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Nous la supprimerons si nous estimons qu’elle est contraire à ce standard.


 La seule qui n’a pas été rejetée de la première plainte:

 

Lingerie Blonde

Aujourd’hui

Votre photo a été signalée pour violation des Standards de la communauté de Facebook en matière de nudité. Dans la mesure où elle n’est pas contraire à ce standard de la communauté, elle n’a pas été supprimée.

Très certainement parce qu’il ne s’agit pas ici de sous-vêtements et que la dame porte des chaussures donc habillées de la tête au pied. Quelle stupidité que cette modération Facebook.


Nous allons désormais vivre dans un monde où quiconque peut violer vos droits anonymement, ce qui viole l’un des fondements de nos systèmes de justice. Rappelez-vous les sorcières de Salem. Ça y ressemble en tout point. Des accusateurs anonymes, l’impossibilité de se défendre, des juges qui se cachent, que l’on ne peut poursuivrent, personne n’étant clairement identifié, des partis pris, des lois non dévoilées, et donc des jugements par contumace.
C’est de retour. Elle avait pleinement raison, mais elle aurait du dire au lieu de parler de crise économique, politique ou religieuses : crise religieuse car ce dernier mot aurait suffit à décrire la réalité humaine qui perdure depuis des siècles où les gens sont endoctrinés à croire plutôt qu’à se servir de leur tête, réfléchir, s’informer, s’instruire, se cultiver.
La police morale du Web, c’est une religion qu’on se le dise. C’est une morale dicté par les intérêts financiers des entreprises comme Facebook, tout à fait à l’image des religions qui ont toujours imposés leurs ordres moraux de manière à en tirer le plus de profit. L’argent, l’argent, l’argent.
Aussi et par dessus tout, ce qui fonde toute religion: le mépris des femmes, du corps féminin, de la sexualité.
Tout pouvoir, de toute histoire est fondé sur l’argent, le sexe et les moyens d’endormir le peuple.
Un peuple instruit, cultivé et évolué serait beaucoup plus avantageux à l’espèce humaine, mais refuserait de n’enrichir que quelques uns.
Ne restez pas silencieux. Intervenez de toutes les manières possibles. Dénoncez cette police morale de grands prêtres du Web masqués, hypocrites et menteurs qui ne pensent qu’à leurs poche et leurs îles en paradis fiscaux.
La perte des droits de la femme ne les arrêtera en rien. Ils s’en foutent comme de l’an 1940. S’en suivra la perte de tous nos droits fondamentaux, pas seulement celui de la libre expression, mais éventuellement aux trois fondements de la Charte des Droits de L’Homme ; la vie, la liberté et la possession. Alors craignez même pour votre poche, pour votre droit de penser et ;a sécurité physique de vos filles.
Une réalité importante ici s’impose à la réflexion. Cette merveilleuse capacité de s’exprimer avec des symboles sous forme de lettres puis de mots, dont est gratifiée l’espèce humaine n’est que potentielle dans la très grande majorité des cas. De par son hypocrisie rhétorique et, toues ses stratégies de camouflage de ce qu’il est vraiment, autant que de ses intentions, stratégie développées pour contrer les possibilités d’être accusé, jugé, condamné, puni… jusqu’à être exécuté anciennement ou encore aujourd’hui dans certains pays,  il s’empêche lui-même de développer ce potentiel à plus de quelques points de pourcentage, et s’en suit ainsi le développement de toutes ses capacités intellectuelles. Ne dit-on pas que nous n’utilisons que 10% de notre cerveau?
En conclusion, et j’hésite toujours à le dire, mais nos chances de gagner cette guerre contre les libertés de toutes sortes, sont donc minces du fait que je sais d’expérience, qu’il est extrêmement difficile de mettre fin à l’utilisation de cette stratégie de survie qu’est le camouflage de qui l’on est vraiment, de ce que l’on pense vraiment, de ce que l’on cherche vraiment à obtenir des autres, car il faut pour y arriver, accepter de perdre tous les avantages, les salaires dirai-je, de ce comportement, ce qui est effrayant les premières années.
Or, l’être humain craignant la souffrance plus que la mort, car de cette dernière il ne connait en général rien, alors que la souffrance il en a l’expérience désagréable : choisira, dans la plupart des cas, de continuer d’utiliser cette même stratégie rhétorique de camouflage, comprenant même qu’elle le mène à sa perte, plutôt que d’abandonner volontairement ses petits conforts de mensonges.
Il en découle donc, si l’on ne se ment pas sur ce constat, qu’il faut désormais considérer la planète, à cause de la lâcheté de ses capitaines enivrés par l’insouciance des richesses de ce monde, du pouvoir qu’elle leurs donnent, autant que par la crédulité des peuples en leurs promesses, comme le Titanic, son capitaine sous comme une botte, ses passagers imbus des orgueils des classes moyennes à voyager en  première classe, ses cales pleines de pauvres migrants, allant directement vers le glacier impossible mathématiquement à contourner de par le peu de temps qu’il reste et l’ampleur de la tâche, pour finalement couler au fond de la mer. Je crois même que personne ne survivra à ce naufrage, autrement que dans le principe de conservation de la matière attribué à Antoine de Lavoisier qui, selon moi, s’applique tout autant à l’immatériel, comme l’âme ou l’identité réelle des êtres.
Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.
La seule chose qu’il nous reste à prioriser, c’est de garder en tout notre dignité humaine, ne pas sombrer dans les comportements du genre pousser les autres à l’eau, sachant qu’ainsi, forcément continuant à exister, sous une forme quelconque, nous repartirons d’un meilleur pied que ceux qui auront choisi s’abandonner le respect de la vie des autres, de mépriser la valeur des autres pour survivre quelques instants de plus.
C’est exactement ce qu’est en train de faire tous ceux qui désormais, ne tiennent plus compte des droits de la femme, qui imposent leurs morales personnelle. Accusateurs, juges et bourreaux masqués du Web comme Facebook et ses stupides moralisateurs.
J’insiste sur un dernier point. Connaissant l’être humain, hommes et femmes, je sais que plusieurs contesteront l’importance de ces dénonciations, méprisant eux mêmes le féminisme, la libération de la femme… des dernières décennies, la libre expression, parce qu’elle les provoquent trop souvent dans leurs propres stratégies rhétoriques de camouflage, les dérangent de leurs prises de position, s’il en est.
Ces gens, ne réalisent tout simplement pas, que le respect du corps de la femme ce n’est pas d’en cacher la nudité, la sensualité, la nature séductrice, mais bien de lui donner droit de cité, la primauté de sa sensibilité qui fonde l’humanitude, qui a engendré quelques années de paix dans l’histoire de l’humanité, ainsi que nos sociétés démocratiques.
Toute attaque contre le corps de la femme, toute manoeuvre pour exiger qu’on le cache, le rendre maléfique, le responsabiliser des tares des hommes, de leurs immaturité faite d’un trop plein de testostérone, d’égoïsme macho patriarcal dominateur, d’esprit guerrier, vengeur, violent, est une attaque contre l’humanité tout entière qui risque de livre le monde aux fous assassins de la planète comme ceux qui encore aujourd’hui lapident des femmes parce qu’elles osent «être».
N’allez pas croire que seuls les pseudo ou schizo-musulmans  intégristes, terroristes, soufrent de cette mentalité. Certes, leurs déploiement actuel doit être stoppé, mais la varie guerre est celle du respect de la femme que l’on doit cesser de considérer dans les religions, comme responsable des fautes des hommes.
Ce sont les religions qui empêchent l’humanité d’adopter une rhétorique de vérité et d’authenticité, de par le contrôle des pensées, les lavages de cerveaux des enfants, à qui l’on apprend à croire plutôt que de réfléchir en vérité, qui développeraient ainsi énormément plus que dix pourcent de leurs cerveaux.
C’est la mentalité religieuse de domination des esprits, qui engendre ce comportement rhétorique de communication qui conduit tout le monde au naufrage de l’espèce, la gardant dans l’ignorance des dangers de confier la conduite de cet énorme navire à des capitaines enivrés de croyances au lieu de vigilances, d’espoirs de ne pas se tromper au lieu d’observations factuelles, de réflexions sans détours.
Un Dieu indéfinissable, floue, impuissant à gérer le travail de ses sous-officiers, c’est comme un faux compas, un instrument de navigation mal calibré, un capitaine de Titanic ivre.
 «Mépriser un seul corps de femme, c’est comme assassiner l’humanité.» – Serge-Carmel Bourget (Extrait de Lékeuran, iBook 2016 à paraître avant noël)
Publicités

Published by: Vrais66

Comme pour l’Islam, la religion des Alcooliques anonymes se fonde sur trois croyances: 1) Dieu dissimulé 2) le prophète inspiré Bill 3) le gros livre; en lieu et place de Allah, Mahomet et le Coran, car bien qu’A.A. se vante de n’endosser aucune religion, l’on réfère au concept divin dès la 2e étape et affirme en 12e que le but recherché de ce mode de vie est un réveil spirituel. En soit, la spiritualité n’est pas nécessairement religieuse au sens communément reconnu, sauf que l’ensemble de la littérature A.A. pointe non seulement sur une foule de principes religieux, et plus précisément sur la religion chrétienne de dénomination catholique romaine, par la récitation d’une partie de l’Évangile de Matthieu ch 6 dans la plupart des réunions, et la proposition de la prière de st François d’Assise ailleurs dans la littérature de «Alchoolics Anonymous World Services incorporated» que l’affirmation voulant que A.A. n’endosse aucune religion ne devient qu’un pur mensonge, un affreux manque de rigueur et de malhonnêteté d’esprit. Bill, (Will Cash Wilson C.c. C.L.)

Catégories Extrait, Lékeuran, Simone de BeauvoirLaisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s