Précisions

Contre les religions

imgres-2Je suis contre les religions dans ce qu’elles empêchent les êtres humains de devenir adultes et non contre ce qu’elles enseignent d’utile à la connaissance de Dieu et il en va de même pour les enseignants religieux de toutes sortes.

J’ai rédigé cette page juste pour vous, car je ne veux en rien vous offusquer par mes propos de croyant libre penseur.

Je commence donc par vous expliquer que je crois en Dieu certainement autant que vous, sauf que ma foi n’est en rien enchaînée à un dogme quel qu’il soit, ni nécessairement aux positions théologiques de tel ou tel exégète, théologien, rabbin, pape, curé, pasteur, imam, islamologue, savant, guide ou gourou.

Toutes ces personnes ont des choses intéressantes à dire concernant leurs perceptions, leur compréhension, leur connaissance de Dieu et je les ai consultés pour la plupart.

Ma position personnelle est la suivante : Dieu m’a créé avec une intelligence unique, la mienne, comme celle de chacun est aussi unique et permet donc à chacun de comprendre Dieu différemment.

(Complot)

imgresJ’ai donc la foi

les-chemins-de-la-foi-35959-62388Or, la foi est, e fait de considérer certains faits, événements plus ou moins avérés, démontrés ou prouvés, éventuellement condensés en un dogme quelconque, des textes de référence et des symboles, essentiels à l’existence, ce qui induit certains comportements traduisant cette conviction, que l’on cherche à partager avec d’autres afin de les instruire de nos convictions.

imgres

Je suis de toutes les religions

Bien que la foi soit nécessaire comme condition de toute religion et la motivation première de la piété, il n’est pas essentiel à mon sens de la vouloir toujours grandir, puisque dès l’instant où elle existe vraiment, elle doit suffire.

L’essentielImage-twitter-decsion

Ce que je considère essentiel par contre, c’est la connaissance de Dieu, la compréhension qui émerge de cette connaissance permettant au croyant de se mettre en harmonie avec Dieu tel qu’il le comprend.

N’allez pas croire que seuls les libres penseurs conçoivent ainsi la foi. C’est, qu’on l’admette ou non, le cas de tous croyants, certes dans une religion quelconque, vous les entendrez tous dirent croire aux mêmes concepts, mais si vous pouviez analyser le fond des pensées de chacun, vous vous rendriez compte que chacun croit différemment des autres, sa façon unique à elle ou à lui, de croire.

Particularité

656072particularitsJe suis provocateur. C’est ma façon d’être tel que Dieu m’a créé et ne m’a jamais demandé d’obéir à qui que ce soit d’autre que lui. Il en découle donc que je remets en question beaucoup des enseignements que les dirigeants et guides religieux essaient de nous imposer.

Je me permets même de critiquer et mettre en doute certaines Écritures et à l’occasion de reformuler un texte à ma manière, bien que l’on veuille me l’interdire, sous prétexte que c’est écrit à tel où tel endroit dans tel ou tel livre, car voyez vous, ce texte d’interdiction auquel ils réfèrent pour m’interdire telle ou telle adaptation que je n’affirme d’ailleurs jamais être autre que ma parole à moi, eh bien ils l’interprètent forcément selon leur connaissance personnelle de ce qu’ils conçoivent être la vérité et si donc Dieu m’a pourvu d’une intelligence unique, je considère avoir le plein droit de m’en servir et non d’adhérer à la conceptualisation de telle ou telle personne pourvue elle d’une intelligence différente de la mienne.

Par exemple le premier commandement livré par Dieu lui-même il  dit de n’adorer que lui et il y a par contre 613 Commandements en tout dit-on, alors je me concentre sur l’essentiel qui devient une volonté ferme de lui plaire qui qu’il soit selon ma compréhension du moment, car dans une vie ou je devrai possiblement interpréter tous les concepts ici impliqués, ma façon de penser se transformera forcément.

Dans le christianisme, ce premier commandement dans l’interprétation de Jésus lui-même, que l’on dit fils de l’auteur il est dit : «Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée.» Il y a plus d’une dizaine de concepts dans cette phrase qui à eux seuls, en réflexion sérieuse en évoquent des dizaines d’autres, alors je simplifie à l’essentiel de ce qui me sert d’outils pour penser Dieu sot l’intelligence qu’il m’a donnée, donc ma façon à moi de comprendre tous ces concepts au fil du temps de ma vie qui passe et qui peut se transformer d’un instant à l’autre.

Mon verset préféré du Coran dit que de tuer un seul être humain c’est comme de tuer l’humanité tout entière, mais ce même verset semble faire exception de certains criminels, pécheurs et non-croyants et je ne suis pas d’accord avec cette interprétation que font beaucoup de mes soeurs et frères musulmans autant que d’autres analystes. Alors je ne garde que l’essentiel et l’applique à tout comportement humain et non pas seulement au fait de tuer ce qui m’enseigne que de simplement mépriser ne serait-ce qu’un seul être humain, c’est comme de mépriser l’humanité tout entière, faire du mal à un seul être humain c’est de faire du mal à l’humanité tout entière et c’est là pour moi toute la grandeur spirituelle de l’Islam des lumières.

L’hindouisme nous enseigne une loi karmique et un cycle qui évolue entre régression et évolution totale, ce qui pour moi n’a pas entièrement sens, puisque je puis observer certes, que l’on porte aujourd’hui les conséquences des jours précédents ce qui se propage logiquement comme principe dans l’éternité, mais qui invaliderait à mon sens l’utilité de toujours s’améliorer devant forcément toujours recommencer à zéro un jour ou l’autre, alors je ne m’attarde qu’à l’essentiel qui est la loi des conséquences puisqu’elle se conjugue très bien avec toutes mes croyances.

Le bouddhisme lui par exemple, nous dit que tout n’est qu’illusion et que de s’en détacher nous délivre de la souffrance et j’ai souvent constaté qu’une souffrance a toujours un but, porte un enseignement, une opportunité d’évolution vers une meilleure connaissance alors qu’il n’y a pas de Dieu dans le bouddhisme. Je me sers donc de cette réalité pour l’essentiel qui me permet d’apprendre de mes souffrances à mieux connaître Dieu.

Voyez-vous, c’est ça pour moi, me permettre de croire à ma façon, aimer Dieu à ma façon, me servir de mon intelligence de Dieu et non «croire» aveuglément aux interprétations de personnes ayant une intelligence différente de la mienne.

Alors si lorsque je critique et remets en cause tel ou tel enseignement ou façon de croire, vous oubliez, que ça n’est que ma façon à moi de croire de ma façon personnelle, vous serez peut-être vexé ou troublé et je ne m’en excuse d’avance. Mon but est toujours d’aimer mes semblables, car aimer l’humanité que Dieu a créée, donc tous les êtres humains, c’est aimer Dieu à mon sens.

Le concept religieux qui me sert le plus est celui de la vérité qui est chérie par toutes les religions et je l’applique toujours à moi-même, en ayant adopté comme loi personnelle de ne jamais me mentir sur moi-même, sur ce en quoi je crois ou ce dont je doute.

Merci de considérer ces avertissements lorsque vous lisez mes textes.

Je suis contre les religions dans ce qu’elles empêchent les êtres humains de devenir adultes et non contre ce qu’elles enseignent d’utile à la connaissance de Dieu.

Serge-Carmel Bourget

Publicités